Rejoindre et Soutenir

Pourquoi devenir membre de l’ASSA ?

Contribuer au développement d’activités de plaidoyer et de formation en santé des adolescent·e·s au niveau national

Faire partie d’un réseau national de professionnel·le·s avec une expertise dans le domaine

Participer à l’élaboration des objectifs stratégiques de l’association

Être informé·e des activités de l’ASSA et d’actualités sur la santé des adolescent·e·s au moyen des newsletters

Bénéficier de tarifs préférentiels pour le symposium annuel de l’ASSA

Montant de la cotisation annuelle : 50 CHF


Pour les organisations/institutions/associations etc., il existe également la possibilité de devenir membre collectif. Afin d’obtenir plus d’informations, nous vous invitons à prendre contact avec nous : info@sgga-assa.ch

Quelles stratégies pour lutter contre le fléau des puffs ?

Présentes sur le marché en Suisse depuis 2018, les puffs font des ravages chez nos jeunes. Dans une étude récente menée en Suisse romande (article ci-dessus), plus de la moitié (59%) des 14-25 ans a déjà consommé des puffs au cours de sa vie et un huitième (12%) en consomme fréquemment (10 jours ou plus au cours des 30 derniers jours), taux qui est de 9 % chez les 14-17 ans (mineurs).

Les puffs : une menace pour le développement des enfants et adolescents

La plupart de ces puffs contiennent de la nicotine même si officiellement seules les puffs avec moins de 2% sont accessibles aux mineurs. Le taux de nicotine dépasse par ailleurs souvent les prescriptions légales. De plus, la vapeur et les arômes des puffs contient des substances potentiellement dangereuses pour la santé (formaldéhyde et acétaldéhyde, métaux lourds), dont certaines sont cancérigènes ou dont les effets et dommages potentiels sont encore inconnus. Leur acquisition est très facile et peu contrôlée par les points de vente comme en témoigne l’essai test réalisé récemment en ville de Genève avec de « faux » consommateurs mineurs. De plus, leur marketing vise précisément les très jeunes adolescents par leur petite taille (ils sont facilement dissimulables), leur packaging, couleur et leurs arômes évoquant des bonbons (activation de la circuiterie de la récompense au niveau du cerveau). De plus, les fabricants recourent à l’usage de sel de nicotine et de menthol pour atténuer le goût désagréable de la nicotine. Ce marketing ciblé sur les très jeunes est une porte d’entrée vers la consommation d’autres produits du tabac par la présence de nicotine (même infime) ainsi que l’association de la gestuelle de fumer associée à une bouffée de plaisir aromatisée et sucrée. Le public mineur est donc la nouvelle cible plus ou moins cachée des multinationales de produits dérivés du tabac.
On peut encore rajouter au tableau des préoccupations le prix (entre 8 et 10 Frs la puff), les moyens (illégaux) de se les procurer et la préoccupation pour le climat en lien avec les piles de lithium qu’elles contiennent et leur nature jetable.

Un conflit entre la loi sur la protection des mineurs et la législation des puffs

Comme professionnels de santé, nous sommes soumis à la loi de protection des mineurs qui prévoit que tout mineur en danger dans son développement doit être signalé à l’autorité compétente. Concernant les puffs qui représentent non seulement une menace directe pour la santé des jeunes mais également une menace pour leur environnement (4 puffs = 1 téléphone mobile jeté en termes de pile de lithium), nous sommes très restreints dans les possibilités d’action légales car l’arrivée des puffs sur le marché s’est faite sous le couvert de la Loi sur les denrées alimentaires. Depuis 2018, certains cantons ont commencé à légiférer pour les e-cigarettes en attendant l’entrée en vigueur de la Loi sur les produits du tabac prévue sur le plan fédéral pour 2024. Malgré ces efforts nous avons un train de retard et nous nous débattons avec les conséquences déjà virales de ce nouveau type de consommation, cela avec peu de moyens pour réagir.
La future loi fédérale sur les produits du tabac sera certes fort utile mais ne sera pas suffisante. En parallèle, des mesures de prévention à large échelle sont indispensables pour sensibiliser la population. De plus, la prévention sur le plan individuelle peut être faite par toutes les personnes qui entourent les jeunes, notamment les parents et les professionnels de la santé. Ceci passe par l’information des adultes afin de pouvoir rendre les jeunes attentifs sur les risques pour leur santé et la planète. Plusieurs sources d’informations existent dont quelques-unes sont citées ci-dessous.

Les professionnels de la santé ont un rôle actif à jouer pour lutter contre le fléau des addictions qui vise un public de plus en plus jeune et donc vulnérable par sa naïveté et la propension développementale à explorer et chercher des stimuli de récompense. Détecter la consommation en consultation puis offrir une intervention brève utilisant des techniques d’entretien motivationnel a été montré efficace pour les jeunes consommateurs de tabac.
Le rôle des professionnels de la santé est également de travailler en collaboration avec les milieux politiques pour les sensibiliser sur les aspects développementaux des adolescents qui les rendent sensibles à l’addiction et sur le besoin d’anticiper des législations autour des substances addictives afin d’anticiper la prochaine vague.

Références utiles pour s’informer

bag.admin.ch

www.addictionsuisse.ch

shop.addictionsuisse.ch

www.vapefree.info

Fenech A, Baatjes N, Gunasuntharam K. Fifteen-minute consultation: What paediatricians need to know about vaping. Archives of Disease in Childhood – Education and Practice. 2022. doi: 10.1136/archdischild-2022-324752



 

FAIRE UN DON

 

Soutenez par votre don l’Association Suisse pour la Santé des Adolescents.

 

Notre compte

IBAN : CH85 0900 0000 3069 9566 2

 

Schweizerische Gesellschaft für die Gesundheit Adoleszenter

SGGA ASSA

Dre Anne-Emmanuelle Ambresin

DISA – CHUV Hôpital Nestlé

NES04-312

Av. Dr Pierre-Decker 5

CH – 1011 Lausanne